Elle a mis son fils dans une école Waldorf et est devenue adepte de la doctrine ésotérique néfaste de l’Anthroposophie.

Elle a mis son fils dans une école Waldorf et est devenue adepte de la doctrine ésotérique néfaste de l’Anthroposophie.

Beaucoup de personnes issues du mouvement anthroposophique scandent avec véhémence, et souvent avec colère, que les témoignages de Grégoire Perra seraient entièrement mensongers, et qu’il serait bien le seul à faire de telles affirmations. Pourtant il existe énormément de témoignage, venant de tous les pays, qui relatent exactement les mêmes faits et mêmes dérives que ceux que Grégoire Perra condamne. C’est pourquoi je souhaite vous partager l’un de ces autres témoignages traduit de l’espagnol. Je l’ai choisi parce qu’il est assez complet. En effet il aborde l’approche douce et insidieuse à la doctrine, l’obligation d’apprendre l’anthroposophie et ses croyances pour celles et ceux qui souhaitent devenir enseignant dans un école Steiner-Waldorf, la dissimulation aux parents, l’emprise mentale, le caractère profondément pseudo-scientifique, antivax et conspirationniste de l’anthroposophie.


Ce n’est pas une philosophie de la liberté comme on dit. C’est exactement l’inverse. Steiner a lié beaucoup de gens à lui-même et continue de le faire. L’anthroposophie est un chemin où la personnalité disparaît, elle se déconstruit.

– Luis Santamaria del Río, 27 sept. 2018

Chiara Panzica, une jeune Italienne vivant en Espagne, a vu comment une doctrine ésotérique a changé sa vie. Dans cet entretien, elle révèle ce qui se cache véritablement derrière la pédagogie Waldorf : une école initiatique qui applique en classe les savoirs cachés “reçus” par le fondateur de la Société anthroposophique, Rudolf Steiner (1861-1925).

L’anthroposophie dérivé de la Société Théosophique, constitue une tentative de rendre ses doctrines ésotériques plus “chrétiennes et occidentales”. Cependant, elle continue d’être une connaissance de nature gnostique et cachée, encore plus nuisible au christianisme car elle prête à confusion en utilisant une terminologie chrétienne, mais ce qu’elle fait en réalité, c’est vider les termes de leur véritable sens, en les interprétant de manière symbolique.

L’anthroposophie est totalement incompatible avec le christianisme, tant pour ses doctrines que pour ses effets pratiques. C’est une vision du monde ésotérique qui est proposée comme une alternative à la foi chrétienne ou comme son dépassement. Le Vatican soulignait déjà en 1991 que le baptême administré par la Communauté des Chrétiens (la “version ecclésiastique” de l’Anthroposophie) n’est pas valable. Chiara Panzica révèle dans le journal Portaluz l’une des branches les plus répandues de ce mouvement ésotérique : la pédagogie Waldorf, sa “version éducative”.

Tout a commencé le jour où vous avez emmené votre fils dans une garderie Waldorf. Pourquoi avez-vous fait cela ?

Parce que je cherchais une crèche respectueuse et belle. Mon enfant avait 15 mois. Nous n’avons pas de grands-parents ni de famille à proximité, et j’ai aimé l’idée de le mettre dans un endroit agréable pendant quelques heures. J’ai adoré dès le début: l’endroit était confortable, avec des jouets en bois et bien entretenu. Les profs très maternelles, vêtues de jupes longues et de tabliers. Cela ressemblait à un endroit d’un autre temps… et ça l’est.

Rien ne vous a surpris ?

Dès le début, j’ai commencé à poser des questions. J’ai vu des images de la Madone de Raphaël, des petits anges en laine… Et puis j’ai découvert qu’il y avait une philosophie derrière ça. Ce point est important : beaucoup de parents ne demandent rien, c’est pourquoi ils ne savent même pas. Chez nous il n’y a pas de communauté anthroposophique, mais plutôt des familles qui recherchent une pédagogie alternative.

Ce n’est donc pas si facile de voir la dépendance idéologique, sans voir la secte directement derrière, n’est-ce pas ?

En effet : il s’agit de familles à la recherche d’une éducation alternative. Je pense que j’étais la seule ici qui est devenue croyante. Certains enseignants n’avaient même pas de formation Waldorf ou venaient juste de la commencer. J’ai connu d’autres endroits où il y a des familles anthroposophes, depuis les années 1970. Ici, où je vis, il n’y a pas de communauté, les parents ne pratiquent pas… En Espagne beaucoup d’écoles naissent sur un coup de tête, plutôt par rapport à la demande de pédagogie alternative.

Et aussitôt vous vous êtes impliqué davantage…

Ils m’ont demandé si je pouvais aider. C’est une petite école et a besoin de l’aide des parents. Bien sûr, j’ai accepté, parce que j’étais super excitée. En très peu de temps, je suis entrée au conseil d’administration. Les écoles sont toutes des associations, depuis l’époque de Rudolf Steiner, son fondateur, c’est comme ça.

Comment avez-vous commencé à découvrir ce qui se cachait derrière ?

L’école a organisé un petit cours pour les parents avec une approche très “légère”. Mais pour moi, il était très clair qu’il s’agissait d’un courant spirituel, et j’ai donc commencé à étudier et à enquêter… mais je n’ai jamais lu les critiques.

Comment êtes-vous passée de mère d’élève de maternelle “originale” à adepte d’une secte ésotérique ?

Je ne pensais pas que c’était une secte, bien sûr. J’y ai vu une école pédagogique de droit juridique et très appréciée à travers le monde. Comme Montessori, mais avec une orientation spirituelle. Et ça m’intéressait, car depuis toute petite je m’intéressais au monde spirituel et je fais partie de ces gens qui s’interrogent sur l’existence d’un autre monde. Je pensais avoir enfin trouvé les réponses et j’ai donc décidé de suivre la formation d’enseignant Waldorf.

En quoi consistait cette formation ?

J’avais envie d’approfondir la partie pédagogique et surtout l’Anthroposophie. Le cours a duré trois ans, un week-end par mois et une réunion pendant la semaine, chacun dans son centre le plus proche. La formation, à vrai dire, m’a plu, car c’était en groupe, et la première année avait une orientation artistique : musique, chant, aquarelle, sculpture, eurythmie et anthroposophie. Tout le monde était content. La moitié étaient des mères, et les autres, de futures enseignantes. En première année, il n’y avait presque pas de pédagogie, plutôt de l’Anthroposophie. Et le concept clé est l’harmonie (dans l’art, dans la musique, dans le mouvement…). L’étude principale se fait avec le livre Théosophie de Steiner. La raison en est évidente : sans le fondement anthroposophique, l’éducation Waldorf n’a aucun sens.

Quelles doctrines vous ont-ils enseignées ?

Le karma et la réincarnation, la constitution spirituelle de l’homme… toutes ces questions, qui sont fondamentales pour comprendre la pédagogie plus tard. La vision de Rudolf Steiner réinterprète pratiquement toute l’évolution de l’humanité à la lumière de l’Anthroposophie. Ce qui m’a le plus conditionné, c’est l’étude de l’Anthroposophie donnée en cours et en séance hebdomadaire, et aussi la pratique de l’eurythmie comme thérapie.

Quelle est cette eurythmie que vous avez pratiquée ?

C’est l’art de rendre visible l’invisible, l’invisible créateur. Au début, ce n’est pas clair. L’eurythmie est définie comme un art du mouvement, important pour l’harmonie du corps et des corps : physique, éthérique, astral et du soi. Ce qui se passe, c’est que j’ai tout approfondi beaucoup plus parce que je voulais comprendre l’origine de l’enseignement.

Et toutes ces doctrines… ont-elles ensuite leur “application” en classe ?

Oui, comme je le disais, à l’entraînement on parle de la constitution des corps et de la façon dont on se réincarne. On parle du septénaire (périodes de 7 ans), et c’est important pour la pédagogie, car cela s’applique en fonction du septénaire dans lequel se trouvent les enfants. À la maternelle, les choses se font en considérant que les enfants viennent de se réincarner. Les professeurs, par exemple, jouent de la flûte ou de la lyre pentatonique, instruments auxquels il manque deux notes : le fa et le do. Cela a à voir (comme toujours) avec la théorie de Steiner : la note la plus basse, C, est le sol. Et puis vous n’avez pas à y toucher, parce que les enfants sont en train de s’incarner et vous n’avez pas à devancer le processus. L’étude du septénaire s’appelle “biographie”, et elle est également utilisée en anthroposophie comme thérapie. Les arts vécus en formation sont des arts anthroposophiques. Il y a des formations en art-thérapie, et dans plein d’autres choses.

Un autre exemple d’endoctrinement d’origine ésotérique ?

Les anthroposophes sont dans une guerre continuelle avec eux-mêmes, une guerre pour réveiller et vaincre le dragon. Son image préférée est celle de Mickaël (symbolisme de l’archange Saint-Michel). C’est l’image qui résume l’Anthroposophie, et chaque jour l’adepte tue ou tente de tuer le dragon par des exercices et des méditations. C’est le combat spirituel de l’homme, qui affronte chaque jour les puissances ahrimaniques et lucifériennes qui tentent de le dominer, s’opposant à la force christique qui l’habite et que l’Anthroposophie éveille. Eh bien, la fête de Mickaël, à l’équinoxe d’automne, est la plus importante dans les écoles Waldorf. Les enfants de maternelle reçoivent une petite épée en bois, et dans la journée ils doivent surmonter des épreuves de courage, des petits défis… Mais cela a un sens : c’est le combat spirituel de l’homme. La spirale de l’Avent est un autre moment important à l’école : au cœur de l’hiver, l’enfant est conduit à l’intérieur de la spirale pour allumer sa bougie. L’apparence est jolie, mais c’est un rituel. Pour celui qui connaît les anciennes traditions et les conférences de Steiner sur le Christ Cosmique et l’initiation, il s’agit évidemment d’un rituel. Mais ces rituels ne sont pas expliqués aux parents des élèves. Ou bien on leur donne une explication simple, qui a à voir avec la nature, le rythme et le changement des saisons. Mais celui qui étudie l’Anthroposophie connaît le sens ésotérique de chaque acte. Alors pourquoi ne pas le dire clairement ? mais c’est un rituel. Pour celui qui connaît les anciennes traditions et les conférences de Steiner sur le Christ cosmique et l’initiation, il s’agit évidemment d’un rituel. Mais ces rituels ne sont pas expliqués aux parents des élèves. Ou bien on leur donne une explication simple, qui a à voir avec la nature, le rythme et le changement des saisons. Mais celui qui étudie l’Anthroposophie connaît le sens ésotérique de chaque acte. Alors pourquoi ne pas le dire clairement ? 

En quoi cette formation a-t-elle changé votre vie ? Vous attendiez vous à cette transformation, ou était-ce quelque chose d’indésirable ?

Cela a changé ma vie parce que la croyance anthroposophique est devenue ma croyance. Je ne m’y attendais pas. C’était quelque chose d’initialement voulu, parce que j’ai montré de l’intérêt. Mais parallèlement à la formation, j’ai commencé à étudier la partie la plus ésotérique de la doctrine, car je voulais connaître le cœur de la vision. Et c’est quand j’ai lu le livre L’Initiation, où Steiner décrit pas à pas son chemin d’éveil, apparemment un chemin libre dans lequel on est guidé par des exercices et des méditations. On peut dire qu’il existe deux types d’anthroposophes : ceux qui ne font que lire, et ceux qui pratiquent.

Et vous êtes allé vous entraîner ? De votre point de vue actuel, pensez-vous que vous étiez libre de le faire ou avez-vous été conditionné ?

Au début j’étais libre, mais plus tard je pense que j’étais plus conditionné par les écrits de Steiner. Plus tard, j’ai commencé à fréquenter des groupes en ligne (dédiés à l’anthroposophie), car il n’y en avait pas là où je vis. Et bien sûr, j’y ai trouvé beaucoup de gens qui suivaient le même courant. De plus, dans ce type de groupe, la pratique est fortement recommandée par les personnes ayant passé de nombreuses années en Anthroposophie.

Cela a-t-il affecté votre famille d’une manière ou d’une autre ?

J’étais en pleine séparation à ce moment-là de ma vie. Alors quand j’ai commencé à m’intéresser à l’Anthroposophie, j’étais déjà dans une crise personnelle. Je n’ai pas beaucoup parlé de ce parcours personnel (c’est ainsi que je l’ai envisagé) mais je pense qu’au bout de quelques années, le changement était assez évident, car je ne pouvais pas parler d’autre chose. Ma vision du monde était devenue complètement anthroposophique. À ce stade, l’objection anthroposophique est qu’il s’agit d’une expérience personnelle, d’un malentendu ou d’un excès d’étude… C’est faux : les anthroposophes sont tous obsédés par Steiner. Sa doctrine touche toute la vie, de l’alimentation à la médecine, et surtout à la perception de soi. En fait, j’ai arrêté de vacciner mon fils, car les maladies sont des tests importants pour le développement spirituel. 

Quand avez-vous décidé de tout couper ? Quelle était la raison de le faire ?

J’ai commencé à avoir des doutes sur la méthode de Steiner elle-même. Je n’ai pas vu de travail spirituel, qui devrait être un travail conscient. Je n’ai vu que des personnes guidées. De plus, j’ai commencé à remarquer des déclarations racistes et homophobes dans le groupe d’étude… bien sûr, j’avais encore besoin de connaître cette partie la plus sombre de la doctrine de Steiner. J’ai observé de nombreuses contradictions : s’il s’agit d’une voie libre et sans professeurs, pourquoi est-il vénéré en tant que professeur ? S’il s’agit d’une voie scientifique où il faut expérimenter, comment se fait-il que vous croyiez en ses paroles et en toutes ses conférences ? Ainsi, j’ai d’abord pris la position de certains anthroposophes qui se considèrent indépendants, et qui soutiennent que Steiner n’a pas été bien compris, et qu’il faut plus d’étude et de méditation. Et j’ai commencé à douter de Steiner lui-même : Est-il possible que personne n’ait compris ? J’ai commencé à le voir dans son contexte historique, dans la théosophie, l’Allemagne pré-nazie…

Et à quelle conclusion en êtes-vous arrivé ?

En regardant l’homme Steiner (et le gourou initié), j’ai commencé à réaliser que tout était une construction. Je respecte qui veut croire, mais pour moi ce sont des mensonges. Pour sortir de l’Anthroposophie il faut aller au fond, avec honnêteté. Cela ne peut normalement pas être fait, car au sein du mouvement, quiconque interroge Steiner est un traître du monde spirituel. Donc pour moi c’était un effort, parce que j’avais peur de faire une erreur. Aussi, parce que la partie la plus effrayante de l’Anthroposophie est celle qui voit l’homme comme un être littéralement parasité par des démons, et tous les exercices et méditations servent à libérer son propre “Moi”. Je connais très peu de personnes issues de l’Anthroposophie. La plupart y sont restés, plus ou moins impliqués, mais toujours avec cette révérence et cette foi envers Steiner. Personne en cent ans n’a suivi le chemin de Steiner et n’est devenu clairvoyant comme lui. Personne. Pourquoi ne pas dire clairement que c’est une foi, une religion ? Parce que Steiner ne voulait pas.

Combien de temps vous a-t-il fallu pour vraiment vous libérer de ce mouvement ?

Tout ce processus de suppression a duré deux ans. Jusqu’à l’année dernière, je participais encore au groupe en ligne (dédié à l’anthroposophie) et fabriquais des objets artisanaux de style Waldorf que je vendais en ligne. J’ai dû tout fermer. J’ai commencé à lire des critiques de l’Anthroposophie, comme le témoignage de Grégoire Perra ou le site Waldorf Watch. Et j’ai commencé à réaliser le “réseau anthroposophique”. Quelque chose qui de l’intérieur m’a semblé être un petit monde rebelle, très simple et toujours avec des besoins économiques (c’est ainsi que les suiveurs le voient). Mais dans son ensemble, il s’agit bien d’une multinationale, comme le soulignait récemment Le Monde Diplomatique. Mon opinion est qu’il s’agit d’une pseudoscience, et que la pédagogie et la médecine ne peuvent pas être basées sur les visions d’un “initié”. Ce que je me demande maintenant, c’est : serais-je entré si j’avais su que les écoles Waldorf font partie d’un mouvement spirituel ? J’ai bien compris : jamais.

Quel mal l’Anthroposophie peut-elle faire à une personne ?

Ce n’est pas une philosophie de la liberté comme on dit. C’est exactement l’inverse. Steiner a lié de nombreuses personnes à lui-même et continue de le faire. L’anthroposophie est un chemin où la personnalité disparaît, elle se déconstruit. Quelque chose qui ne se fait pas à partir de la liberté, mais des dogmes. La manipulation est très profonde, et le plus grand dommage est de se sentir libre alors qu’on est vraiment en prison. Vous en arrivez à penser avec les concepts de Steiner : vous pensez qu’ils sont les vôtres, vous essayez de les élaborer… mais ce sont des concepts acquis au cours d’années d’études. Les anthroposophes ne peuvent pas parler ou penser sans se référer à ce que le “docteur [Steiner]” a dit à propos de ceci ou de cela. Pour eux, notre monde est peuplé de démons, qui guident les gouvernements, les laboratoires pharmaceutiques, le monde scientifique… tous contre l’Anthroposophie. 
C’est la peur.

Source traduite Porteur de lumière par Luis Santamaria del Río

Joindre la discussion

Esprit critique, au-delà des croyances infondées

Retrouvez nos contenus en vidéos sur notre chaîne Youtube ou en Podcast sur Spotify, Google Podcast et Deezer